Carte blanche à l’UMR Dynamiques du droit « L’animal aux colonies »

Éric de Mari

Dominique Taurisson-Mouret

Aliènor Bertrand

Dans la droite ligne de ses travaux récents sur L’impact environnemental de la norme en milieu contraint …, en particulier dans l’espace colonial, le Groupe de recherche en Histoire du Droit des Colonies (HDC) souhaite poursuivre une réflexion centrée cette fois sur l’animal, composante essentielle de l’environnement, tour à tour objet et sujet de droit. L’objectif est de comprendre la place originelle de l’animal dans les coutumes autochtones et les territoires colonisés, la situation que les différents acteurs de la colonisation et de la post-colonisation lui ont peu à peu façonnée dans l’espace, l’esprit, et les sociétés coloniales, et les manières dont le droit a impacté l’animal et transformé ses rapports avec l’homme.

L’équipe HDC se propose d’étudier la norme mise en place pour gérer l’exploitation de l’animal dans le cadre d’une entreprise de colonisation.

Les pistes suivantes peuvent déjà servir de base à une réflexion collective. Plusieurs données sont à prendre en considération :

• Le colonisateur s’installe dans des territoires peuplés d’animaux inconnus en métropole :

Comment la norme qualifie-t-elle ces animaux : qu’est-ce qu’un animal sauvage ? comment savoir s’il est dangereux ? qui donne l’ordre ou l’autorisation de l’abattre ? Comment sait-on s’il est nuisible ? qui contrôle sa destruction ? qu’est-ce que le gibier ? comment distingue-t-on l’individu qui chasse pour se nourrir, de celui qui chasse pour son plaisir, ou encore de celui qui cherche à tirer de sa chasse un profit direct ?

• Le colonisateur a pour objectif principal de faire du profit ; un des éléments de ce profit est fondé sur l’exploitation de l’animal, soit par l’élevage soit par la chasse : tourisme cynégétique ou exploitation directe (ivoire, peaux, plumes …). Il  prend des mesures pour organiser au mieux ce profit, alors que parallèlement, le développement de l’agriculture qu’il encourage, entraîne une diminution du territoire de la faune sauvage.

Il lui a donc fallu inventer des normes adaptées à des problèmes nouveaux et inédits en métropole, normes qui vont se heurter aux coutumes locales.

Le colonisateur apporte la science vétérinaire qui, même si l’objectif est le profit, va améliorer considérablement la santé des troupeaux, et diminuer les taux de mortalité. Cette science, associée à un développement de l’élevage et de l’agriculture, impose naturellement de nouvelles méthodes pour rendre l’animal plus « énergétique » (commerce, transport des animaux, introduction de la traction animale, etc.).

Certaines normes ont un effet indirect sur l’élevage : le contrôle de l’eau par l’État va modifier les méthodes et les finalités de l’élevage organisées jusqu’alors par la coutume. L’utilisation des points d’eau pour abreuver les troupeaux, norme d’appropriation, aura un impact important, de la même manière que l’imposition du concept de propriété viendra perturber le nomadisme.

Le colonisateur, par sa volonté de production, envisage les animaux comme un produit alors que l’autochtone leur reconnaît, pour nombre d’entre eux, un caractère sacré et une corporéité : comment la norme mise en œuvre par le colonisateur pour servir ses objectifs et imposer sa culture (notamment sa conception des rapports entre l’homme et l’animal) est-elle reçue par les indigènes ?

Enfin, comme cela a déjà été montré dans l’ouvrage sur L’impact environnemental de la norme en milieu contraint, on cherchera à dégager une évolution dans les textes de loi correspondant à la manière de considérer l’animal, sa présence aussi bien que son absence : par exemple, la prise de conscience de la nécessité de « préserver un certain environnement » à partir des années 1920, a fait passer certains animaux du statut d’animaux nuisibles, à celui d’animaux à protéger.

Textes en lecture

ImposerRangerTexteSurl

Landais-vétérinairesColonies

EDMAtelierAnimal1

EDMAtelierAnimal1

EDMAtelierAnimal3 EDMAtelierAnimal21 EDMAtelierAnimal1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :